Lieu pré-repéré par le réseau Film France
82909
màj : 14/10/2022
Le parc et les jardins du Château d'Acquigny
1 rue Aristide Briand
27400 Acquigny
France
Contacter la commission

Accueil de Tournages Normandie Images - décors Eure et Orne

| +33(0)7 85 68 14 11

82909
Le parc et les jardins du Château d'Acquigny
1 rue Aristide Briand
27400 Acquigny
France
Contacter la commission

Accueil de Tournages Normandie Images - décors Eure et Orne

| +33(0)7 85 68 14 11

Crédits : Lina Taravella
Légende : 2021 juillet
Crédits : Lina Taravella
Légende : 2021 juillet
Crédits : Lina Taravella
Légende : 2021 juillet
Crédits : Lina Taravella
Légende : 2021 juillet
Crédits : Lina Taravella
Légende : 2021 juillet
Type de lieu
Environnement
Campagne,
Forêt,
Plan d'eau ou marais,
Parc ou jardin,
Rivière ou fleuve,
Bord de route,
Village
Présentation générale

Le château d'Acquigny, classé monument historique, est un bijou de la Rennaissance. Le site du château et du parc, dominé par de hautes collines est entouré par l'Eure et l'Iton. L'architecture du château Rennaissance et des nombreuses dépendances dont une orangerie avec collection d'orangers est très belle. Les plans d'eau creusés au 18ème ou au 19ème siècle dessinent des jeux de lumière et d'ombre très beaux. Outre le jardin du soleil le long de l'orangerie, le pourtour met en évidence des arbres exceptionnels par leur taille et aboutit à un potager du 18ème en cours de restauration avec des espaliers et des fleurs. D'autres éléments ajoutent une note romantique : pont, chemin de roches, calvaire, chaumière normande du 18ème.
Le site bénéficie d’un paysage qui a profondément changé depuis la fin du xixe siècle. Les vergers de cerisiers et d’alisiers, les vignes et les pâturages à moutons des hautes collines qui bordent l’Eure et protègent le parc des vents du nord et de l’est ont cédé la place aux buissons et aux arbres qui imprègnent le paysage d’un grand romantisme.

Le parc classique dessiné au 17ème siècle a été abandonné entre 1820 et 1830 et remplacé par un parc paysager romantique. Du parc classique, il subsiste néanmoins des miroirs rectilignes, le potager entouré de mur en briques, l'orangerie qui a retrouvé sa destination primitive et de très beaux arbres d'alignement qui ont été conservés (tilleuls, marroniers, ifs) dans les bosquets. Au 19ème siècle, le réseau des allées fut entièrement refait, une rivière artificielle sinueuse comportant un chemin de roches et une très belle cascade fut creusée. Les plantations introduisèrent des essences nouvelles, platanes d'orient, platanes communs, pins noirs d'Autriche, hêtres rouges. Certaines disparurent au cours du 20ème siècle et sont, à l'exception des épicéas, replantés depuis 15 ans. Le parc fut dévasté lors de la 2nde guerre mondiale. Les premières plantations furent effectuées dans les années 50, mais la restauration interpole ne fut entreprise qu'en 1990.

Le potager du XVIII siècle est situé à l'extremité du parc actuel présente la particularité exceptionnelle d’être simultanémentbentouré de hauts murs de briques roses cuites sur le domaine et de canaux. Ces murs coiffés d’une charpente supportant un toit d’ardoises sont palissés de beaux poiriers imposants avec leurs 15 ou 20 branches. Sa restauration a commencé par les murs, les toitures, les canaux et des plantations. Elle se poursuit par le retour des fleurs.

L'orangerie du château d'Acquigny est conçue vers 1746.  L’orangerie abrite depuis sa restauration une collection d’agrumes, des palmiers et des plantes méditerranéennes. Elle sert aussi de salle d’exposition, de concert et de réception. Ses briques roses, le gris bleu des lavandes, les sculptures bleues des cyprès de l'Arizona taillés à l’italienne forment un décor de choix pour les agrumes en pot disposés aux beaux jours en allée devant l’orangerie.

 

Etat du lieu
Bon état général
Historique du lieu
Le château actuel fut construit à partir de 1557 par Anne de Laval, veuve de Louis de Silly, cousine du roi et première dame d’honneur de Catherine de Médicis. Elle voulut que l’architecte, Philibert Delorme ou Jacques Androuet du Cerceau, s’inspire de son amour éternel pour son mari et construise sa demeure en utilisant leurs quatre initiales entrelacées. C’est l’origine d’un plan complexe et d’une construction originale d’une rare élégance, centrée sur une tourelle d’angle à loggias superposées reposant sur une trompe en forme de coquille Saint-Jacques. Cette façade d’honneur est revêtue de nombreux éléments décoratifs qui célèbrent cet amour exceptionnel et la gloire de sa famille.
Le domaine est situé en fond de vallée, entre l'Eure et l'Iton. Remplaçant un château fort rasé en 1378, le château d'Acquigny a été construit entre 1557 et 1572 et devait dès l'origine posséder des jardins importants. Le château et le parc ont été progressivement agrandis et transformés au 17e siècle, et surtout à partir de 1745 pour le Président d'Acquigny, président à mortier du Parlement de Rouen, par l'architecte Charles Thibault. L'ensemble comporte des communs, au nord et à l'ouest d'une vaste cour, une église, prolongée au sud-ouest par une orangerie, un vaste parc au dessin régulier, parcouru par un réseau de canaux se recoupant entre eux et alimentant deux miroirs d'eau et un grand canal. A la fin de sa vie, le président d'Acquigny s'est fait construire un logement secondaire accolé au chevet de l'église, connu sous le nom de Petit Château. L'ensemble des constructions de la seconde moitié du 18e siècle est homogène, notamment en raison d'un emploi quasi exclusif de brique orangée. Le parc a été mis au goût du jour postérieurement à 1823 (création d'une rivière artificielle, construction de cascades, ponts de rochers, introduction d'essences nouvelles, etc.). Entre 1845 et 1860, les douves ont été supprimées et le cimetière a été déplacé à son emplacement actuel.

Période de construction
XV° Siècle
Style dominant
Renaissance